Coronavirus : les informations pour les Français établis à l’étranger de la 7e circonscription

Coronavirus : les informations pour les Français établis à l’étranger de la 7e circonscription

La crise du Covid-19, si elle nous contraint au confinement, nous oblige également à nous dépasser pour gérer les situations d’urgence et anticiper les défis qu’il faudra immanquablement relever à l’issue de cette période inédite. Je peux vous assurer de mon engagement total durant cette période.

Cette page a pour but d’informer les citoyens français de la 7è circonscription sur la crise du coronavirus.

Ambassades et consulats en mode cellule de crise

Les ambassades et les consulats de France de tous les pays de la circonscription font un remarquable travail de communication et de soutien aux Français établis ou en déplacement à l’étranger. Des numéros d’urgence sont notamment mis en place disponibles sur les sites internet des ambassades.

Vous vous posez des questions sur les possibilités de votre retour en France, les modalités de la quarantaine sanitaire que votre pays d’accueil vous oblige à suivre, les mesures de soutien économiques mises en place par votre pays d’accueil… consultez de manière privilégiée les informations disponibles sur le site du MAE.

Le ministère des Affaires étrangères a créé une page dédiée au COVID-19 :

https://www.diplomatie.gouv.fr/fr/le-ministere-et-son-reseau/actualites-du-ministere/informations-coronavirus-covid-19/

Il tient également à jour une page de questions et réponses : https://www.diplomatie.gouv.fr/fr/le-ministere-et-son-reseau/actualites-du-ministere/informations-coronavirus-covid-19/coronavirus-les-reponses-a-vos-questions/ 

Allocution de Jean-Yves Le Drian : https://www.diplomatie.gouv.fr/fr/le-ministere-et-son-reseau/actualites-du-ministere/informations-coronavirus-covid-19/.

Des mesures concrètes pour les Français établis à l’étranger :

Epidémie Covid-19 : l’Europe fait face 

Note MODEM-UE-Corona

La Banque centrale européenne a mis en place un plan d’urgence massif.

Plus d’informations : https://www.ecb.europa.eu/press/blog/date/2020/html/ecb.blog200319~11f421e25e.fr.html

Vue d’ensemble des politiques de l’UE face au coronavirus : https://www.consilium.europa.eu/fr/policies/covid-19-coronavirus-outbreak/

FAQ de la Commission sur la réponse coordonnée de l’Union européenne face au coronavirus : https://ec.europa.eu/commission/presscorner/detail/en/qanda_20_458

La Commission européenne annonce régulièrement de nouvelles mesures par des vidéos : https://audiovisual.ec.europa.eu/en/topnews?keywords=coronavirus&page=1

Liste des sites officiels des Etats membres sur l’épidémie (en cours d’élaboration) : https://ec.europa.eu/info/live-work-travel-eu/health/coronavirus-response/eu-eea-and-uk_fr#feedback-form__content

Médias : le service public audiovisuel mobilisé

France Médias Monde a activé son plan de continuité d’activité. RFI propose un nouveau rendez-vous quotidienInfo coronavirus, diffusé chaque jour à 6h10 et 8h10 (heure de Paris). France 24, de son côté, propose chaque jour à 13h, la chronique Info ou Intox , consacrée aux fausses informations qui circulent sur l’épidémie

Les mesures prises pour les entreprises en France face à la crise du Coronavirus

Pour plus d’informations : www.economie.gouv.fr/coronavirus-soutien-entreprises

Comment rentrer en France à ce stade de l’épidémie ? Le cas Franco-allemand.

Si vous êtes de nationalité française, établis en Allemagne, alors vous pouvez passer la frontière franco-allemande vers la France en justifiant de votre nationalité (carte d’identité ou passeport) et en montrant l’attestation de déplacement dérogatoire international que vous trouvez sur le site du Ministère de l’Intérieur (https://www.interieur.gouv.fr/Actualites/L-actu-du-Ministere/Attestation-de-deplacement-et-de-voyage), en bas du site dans la rubrique “voyage international depuis l’étrange vers la France métropolitaine”. Il faudra cocher la case ‘ressortissant de nationalité française’.

Si la situation sanitaire au 11 mai le permet, alors commencera en France une seconde phase qui s’étendra jusqu’au 2 juin. Les conditions pour passer la frontière entre la France et l’Allemagne restent pour l’instant inchangées et il faudra présenter l’attestation de déplacement dérogatoire internationale.

Pour les déplacements en France, sur le site du gouvernement (https://www.gouvernement.fr/info-coronavirus/strategie-de-deconfinement), il est indiqué que “Les déplacements longue distance (>100 km) ne seront possibles que pour motif impérieux, personnel ou professionnel ».

1-Motif professionnel  :

Il faut se munir d’une attestation qui précise le motif du déplacement.

2-Motif personnel  :

Le motif familial impérieux est défini ainsi : déplacements dont la nécessité ne saurait être remise en cause : blessure, maladie ou hospitalisation d’un proche, accompagnement d’une personne vulnérable ou non autonome, décès et obsèques d’un membre de la famille proche. Les mariages devant être reportés, comme les réunions familiales, les anniversaires et autres repas entre amis, ces événements ne sont pas des motifs impérieux.

Pour ce qui est des mesures de quarantaines à l’entrée d’un pays.

Le retour en Allemagne se fait aux conditions allemandes. Actuellement, il faut pour cela justifier d’un domicile en Allemagne (Anmeldung) et il faut se soumettre à la mesure de quarantaine pour toute personne entrant en Allemagne depuis l’étranger.

Pour ce qui est des mesures de quarantaine à l’entrée en France, la déclaration de l’Elysée à l’AFP précise le point suivant: « La France n’imposera pas de quarantaine à toute personne, quelle que soit sa nationalité, en provenance de l’Union Européenne, de la zone Schengen ou du Royaume Uni. Les modalités seront précisées par le Quai d’Orsay dans les prochains jours. ». Un décret est en cours de préparation.

À propos de l’auteur

Frédéric Petit - Député des français établis à l'étranger administrator

3 commentaires pour l’instant

Catherine WernertPublié le8:27 - Mai 3, 2020

Monsieur le député, je vous espère en confinement à Paris et en bonne santé. Serez-vous à l’assemblée cette semaine afin de défendre les français de l’étranger contre l’aberration de certains articles de la loi sur la prolongation de l’urgence sanitaire, prévue jusqu’au 24 juillet 2020? Il est tout bonnement incroyable d’envisager une quarantaine de 2 semaines pour les français de l’étranger rentrant chez eux! On marche sur la tête! Est-ce compatible avec les los européennes sur la libre ciculation des individus? J’espère vous voir vous insurger contre ces articles discriminatoires faisant des francais de l’ętranger des dangers potentiels. Le gouvernement pour lequel j’ai voté est devenu fou! Cordialement. C.wernert

    Frédéric Petit – Député des français établis à l’étrangerPublié le10:15 - Mai 5, 2020

    Merci pour votre message et pour votre confiance.

    En ce qui concerne les mesures de quarantaine à l’entrée en France, je me réfère à la déclaration le dimanche 3 mai, de l’Elysée à l’AFP qui précise le point suivant: « La France n’imposera pas de quarantaine à toute personne, quelle que soit sa nationalité, en provenance de l’Union Européenne, de la zone Schengen ou du Royaume Uni. Les modalités seront précisées par le Quai d’Orsay dans les prochains jours. ». Un décret est en cours de préparation.

    Je partage avec vous le sentiment que le plan de déconfinement présenté par le gouvernement prend mal en compte les Francais domiciliés à l’étranger et je prévois de l’interroger à ce sujet via une Question au Gouvernement. Et je soutiens totalement la demande qui a été faite la semaine dernière par des Membres du Bundestag allemand à Madame Merkel (https://www.spiegel.de/politik/deutschland/cdu-abgeordnete-fordern-oeffnung-der-grenzen-a-a6e23706-49f1-40dc-9fa8-75befa97dfaf) de réouvrir les frontières, en particulier pour tenir compte de situations telle que la votre.

    Je ne manquerai pas de vous tenir informée.

    Frédéric Petit

    Frédéric Petit – Député des français établis à l’étrangerPublié le12:47 - Mai 15, 2020

    Madame,

    Merci pour votre message. A la demande de M.Petit, voici la dernière communication qu’il a engagée auprès des élus consulaires de sa circonscription :

    1 ) Situation sanitaire dans la circonscription : nos pays restent assez épargnés, si on les compare à la France. Je reste cependant très vigilant sur deux phénomènes : tout d’abord les modes de décompte, qui ne s’appuient pas forcément sur les mêmes procédures et les mêmes critères de données dans chaque pays ; et la présence de cluster parfois incontrôlés dans des pays où les chiffres sont pourtant rassurants consolidés nationalement. Nous ne pouvons écarter le risque d’une reprise nulle part.
    2 ) Nous allons passer une nouvelle phase de demandes de retour en France. Certains compatriotes n’ont pas souhaité partir au démarrage de la crise, mais se retrouvent aujourd’hui dans des situations plus difficiles, où qui ont en tous cas évolué : baisse d’activité qui remet en cause la présence dans le pays, report d’examens pour les étudiants, séparations de familles ou de proches, en particulier des enfants, plus longues et plus pénibles qu’envisagées au départ. La réglementation est en train de changer avec le début de la phase de déconfinement en France. Au-delà des situations particulières (ouvertures des aéroports, des liaisons d’autobus, procédures aux frontières), je veillerai à ce que cette évolution réglementaire prenne en compte nos situations de façon plus explicite qu’aujourd’hui, et que les mesures mises en place accompagnent la reprise d’activité et de contact, et que l’on n’arrive pas à des blocages plus pénibles dans la période de déconfinement que dans la période de confinement…
    Je serai extrêmement vigilant en ce qui concerne les règles qui seront adoptées.
    Je mets trois idées en avant quand je suis confronté à ce genre de situation (et je l’ai été et le serai encore souvent). Première priorité, la protection sanitaire personnelle, et la réussite du déconfinement. Il faut une analyse fine : a-t-on été confiné dans le pays de résidence ? Testé ? Les proches ? Pouvez-vous être porteur sain, par exemple ?. Deuxième règle : la responsabilité de chacun, de chaque famille, dans un esprit girondin (idée chère au Modem), ou de subsidiarité (idée chère aux Européens) : nous ne réussirons pas ce confinement en édictant de façon centralisée TOUTES les règles, applicables pour TOUS les cas, et dans TOUS les pays. Enfin la notion assez souple de déplacement impérieux me semble être celle qui correspond à l’objectif du déconfinement, c’est-à-dire apprendre à vivre longtemps avec un virus qui ne va pas disparaître, en nous organisant pour faire ce qu’il est important de faire, et en réduisant le futile. A mon sens, retrouver et protéger ses proches, relancer l’activité d’une filiale, sont, par exemple, des motifs importants.
    3 ) La mission d’information sur le COVID-19 de l’Assemblée Nationale a quasiment terminé la partie « Enseignement Français à l’Etranger », et se prolonge en ce moment sur les réseaux culturels, de coopération scientifique et universitaire, et sur l’audio-visuel. Vous retrouverez le détail de mon travail sous le lien suivant : http://frederic-petit.eu/index.php/2020/05/05/groupe-de-travail-reseaux-culturels-suivez-mon-action-de-coordinateur/ . Nous avons prévu une première réunion d’étape avec les trois groupes (Aide au développement, diplomatie économique) ce lundi, afin de faire remonter nos premières recommandations.
    4 ) C’est dans cet esprit que j’en viens à mon dernier point. Les élections consulaires seront vraisemblablement repoussées au-delà de l’été, au moins ; je pense d’ailleurs personnellement que c’est mieux. Mais, comme vous le voyez dans mes propositions ci-dessus, ou dans la plupart de mes prises de positions, je vous encourage à multiplier les temps de travail avec les postes consulaires, que cela soit en formation officielle de conseil consulaire (format bourses, sécurité, ou aide sociale) mais même au-delà (plan école, économie et entreprises…). C’est au niveau des postes de chaque communauté que vous représentez que doit se définir, avec une granulométrie fine et adaptée, les besoins de soutien et de solidarité : dans tel pays, le lycée n’a pas les mêmes besoins que dans tel autre, il y a plus de parents non-français dans ce troisième, les Alliances Françaises de celui-là sont solides, et se relèveront avec un simple relais de trésorerie, alors que dans cet autre elles risquent la disparition ; les mesures de soutien locales aux entreprises sont correctes et accessibles ici, absentes là-bas. Comme dans le cas du réseau d’Enseignement, ce n’est pas tant les montants globaux qui seront déterminants, que leur adéquation, dans chacune de vos circonscriptions, avec les besoins précis.

    Cordialement

    Tancrède ADNOT – Collaborateur

Laisser un commentaire

Social media & sharing icons powered by UltimatelySocial