Construire le partenariat mondial de l’éducation

Si, de son côté, le réseau de l’enseignement français à l’étranger constitue un service, unique au monde, pour les Français en mobilité internationale, l’éducation, et l’accès à la culture sont un indispensable outil diplomatique d’émancipation, de paix, et de développement. C’est une vraie garantie de l’équilibre du monde à l’horizon 2040.

Je veux impulser, accompagner et contrôler la mise en oeuvre et le pilotage des actions annoncées par le Président de la République dans ses discours de Bucarest, de Dakar, de Ouagadougou, et de l’Académie Française.

Ma vision

18 avril 2018 – Rencontre avec la classe CM1/CM2 de l’école française de Dusseldorf

L’éducation dans le monde et la réduction durable des inégalités,

Plus de 800 millions d’enfants ne sont pas scolarisés dans le monde. C’est pour moi la première et la plus ‘durable’ des inégalités. Lors de mes confrontations avec la pauvreté et la déshérence au cours de ma carrière, en France dans ce que l’on appelle les quartiers difficiles, en Egypte ou au Cameroun, et même dans certaines régions des pays de l’Est et des Balkans, mon engagement a toujours pris en compte cette menace, cette double peine : des crises et des difficultés quotidiennes, des actions dans l’urgence, et dans le même temps, la conviction que l’abandon intellectuel des enfants nous prépare déjà la crise et l’injustice pour les prochaines générations.

C’est l’ignorance, toutes les formes de déculturation, qui préparent les conditions de la violence, lorsque les irrationnels de foules non critiques se confrontent.

Emmanuel MACRON : « C’est par l’éducation que nous gagnerons cette bataille contre l’obscurantisme, celle qui est aujourd’hui en train de faire basculer des pays, des régions entières, en Afrique comme au Proche et Moyen-Orient. […] C’est une bataille essentielle que nous mènerons là, c’est celle qui consiste précisément à donner la possibilité aux jeunes filles et aux jeunes garçons de ne pas sombrer dans l’obscurantisme, de pouvoir choisir leur avenir. » (Discours devant l’ONU)

Janvier 2018 – Ecole française de Zagreb

Le cadre francophone (L’OIF), le multilinguisme, les Disciplines Non Linguistiques (DNL).

Une deuxième langue, toute nouvelle langue, est plus qu’un codage différent des mêmes réalités. C’est habiter une nouvelle ‘maison’, d’où le point de vue sur les réalités du monde est différent. C’est augmenter, élargir, sa pensée et sa compréhension du monde. L’espace francophone, on l’a souvent oublié, n’est pas qu’un espace où les langues françaises circulent, c’est surtout un espace bilingue et multilingue (la France, jusqu’à la reconnaissance des langues régionales, était un des seuls pays de l’OIF à n’avoir officiellement qu’une langue). Dès leur plus jeune âge, nos enfants doivent non seulement apprendre de nouvelles langues, mais surtout habiter ces nouvelles langues : la fonction socio-éducative des Disciplines Non Linguistiques (DNL) est donc fondamentale en Europe et dans le monde.

Emmanuel MACRON : « La Francophonie nous enseigne une chose, c’est que nous n’existons que dans ce plurilinguisme. Notre force, c’est que nous sommes toujours et avant tout une langue de traduction. C’est ce qu’Umberto Eco disait en parlant de la langue de l’Europe qui serait la traduction et c’est pourquoi nous devons sur ce plan poursuivre, accroître nos efforts. » (Discours de l’Institut de France)

Social media & sharing icons powered by UltimatelySocial